Situé au « Grand Palais » ce salon « Solutions COP21 » qui a couté 4 millions d'euros, ouvrait ses portes au public ce vendredi 4 décembre. Il est organisé par le « Club France Développement Durable » et le « Comité 21 » qui se prétendent être de valeureux acteurs du « développement durable » ! Parmi ses membres se trouvent des entreprises aux résultats financiers prometteurs au prix, il est vrai, de bilans catastrophiques pour la planète et ses habitants. On y retrouve la crème : GDF Suez (ENGIE), Renault-Nissan, Avril/Sofiproteol, Suez Environnement, Veolia et bien d'autres.

Toutes les entreprises présentes dans ce salon sont des partenaires comme d'autres membres de la société civile qui ont leur place à la table des négociations sur le climat. Elles ont payé très cher (jusqu'à 150 voire 250 000 euros) pour avoir un stand dans le Grand Palais, une couverture TV, un accès à des espaces de restauration privée où vous pourrez inviter vos « partenaires » ! C'est le prix à payer pour détourner l'attention quant aux conséquences de leurs activités et tromper le monde quant au sérieux des solutions proposées. Il faut bien pouvoir continuer à polluer la planète et détruire le climat en toute impunité.

En quoi consistent ces soi-disant solutions proposées par nos entreprises et malheureusement qualifiées de « fausses solutions » et décriées par ces « irresponsables-activistes-bobo-écolos » ?
  • Le captage et le stockage du dioxyde de carbone (par exemple les émissions de CO2 des centrales électriques thermiques), grâce à des moyens technologiques expérimentaux et coûteux, mais qui créent de l'emploi.
  • Le développement d'un marché du carbone qui, s'il ne stoppe pas les émissions de gaz à effet de serre, continue au moins d'enrichir nos belles banques multinationales !
  • L'exploitation des gaz de schiste et la fracturation hydraulique, dont l'action sur la relance de notre économie est mise en avant, malgré des conséquences désastreuses : destruction de nos écosystèmes et empoisonnement résiduel de l’eau et les terres.
  • Le gaz naturel apparaît comme une solution, même s’il s'agit d'une énergie fossile, même s'il nécessite certaines techniques d’extraction aussi polluantes que celles du charbon. Comme on dit chez moi, on n’a rien sans rien !
  • Les agrocarburants, mis en avant par nombre de nos agriculteurs et recherchés par nos automobilistes. Certes, cette culture mobilise des terres agricoles, participe à la déforestation et à la hausse des prix alimentaires. Ne serait-ce pas le prix à payer pour faire rouler nos gros SUV ?
  • Les organismes génétiquement modifiés (OGM) dont le développement constitue une première pierre dans la marchandisation du vivant et donc de futurs profits pour nos entreprises.
  • Etc.
Toutes ces solutions, que ces « extrémistes verts » accusent d’être responsables du dérèglement climatique, sont censées être conçues pour le bien-être de notre économie. Elles sont surtout là pour permettre à nos multinationales de maintenir leurs profits en cette période de crise, sans changer notre modèle économique. Le salon « Solutions COP21 » regorge d’exemples, de projets, qui prétendent n'avoir d’autres objectifs que de mettre en avant les actions possibles contre le dérèglement climatique. À vous de juger :
  • GDF Suez (ENGIE), par ailleurs sponsor officiel de la COP21, possède par exemple 30 centrales électriques à charbon. L'entreprise qui ne veut pas en rester là va investir dans 7 nouvelles centrales en Inde et en Allemagne.
  • Avril, groupe français d’agro-industrie, leader français des agrocarburants, nous explique qu’une voiture au Diester « émet 40 à 60 % moins de gaz à effet de serre que le diesel ». Son PDG, Xavier Beulin (un homme remarquable par ailleurs président de la FNSEA !) n’a-t-il pas récemment affirmé que « la biotechnologie est le futur de l’agriculture biologique » ?
  • Vinci, le roi de nos autoroutes, le grand du BTP, est aussi le promoteur de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes et de la ruineuse autoroute de La Réunion.
  • ÉVIAN explique fièrement que le recyclage d’une bouteille permet de fabriquer quatre stylos. Magnifique, c'est tellement bien dit qu'on en perdrait l'envie de boire l’eau du robinet !
  • Etc.
Tout cela pour tenter d'imposer l'idée que dans notre pays il y aurait d’un côté le fleuron, l’élite de notre économie qui se casse la tête pour trouver des solutions aux misères de la terre, et de l’autre ces voyous, ces casseurs qui viennent perturber l’ordre républicain et mettent en danger les fondements de notre République ! Donc les forces de l’ordre ont bien eu raison dans le cadre des lois d’exception de « nettoyer », de « karchériser » les abords du Grand Palais !

Face à la « barbarie verte », l’ordre doit être maintenu. Comme on le dit par chez moi, la priorité c’est l’« Unité de la Nation » : on doit mettre fin à toute cette « chienlit » !

Les liens :