C’est un salon important. Si j’en crois les chiffres communiqués par les organisateurs, il se tient sur 55 400 m², rassemble 843 exposants (c’est une grande foire vous dis-je !) et reçoit de l’ordre de 55 000 visiteurs. Organisé depuis 1996 (c’est la 19ème édition) par le groupe de presse « Le Moniteur » en partenariat avec l’Association des maires de France (AMF), il est aussi l’occasion de la tenue du congrès annuel de cette association.

Le journal « Les Échos » du 25 novembre essaie de donner quelques indications statistiques sur nos maires au lendemain des municipales. « ... les statistiques officielles indiquent un vieillissement des maires, la moitié d’entre eux a plus de 60 ans et 43 % sont des retraités, une hausse de 10 points en cinq ans. On y trouve moins d’agriculteurs (13,7 %) qu’en 2008, mais nettement plus de professions intermédiaires (18,6 %). En revanche, jamais il n’y a eu autant de femmes à diriger les conseils municipaux, le taux de féminisation atteint 16 % contre 10,9 % en 2001 grâce à l’obligation d’alternance hommes/femmes dans la présentation des listes électorales des communes de plus de 1 000 habitants. »

Je pense enfin que le Salon des Maires est aussi l’occasion pour certains maires de province (de l’ordre de 60 % des visiteurs !) de monter à Paris aux frais du budget communal ! Tout cela n’est pas très grave et ne mériterait certainement pas un article dans mon blog. La raison pour laquelle, avec quelques amis, nous sommes allés à la porte de Versailles est beaucoup plus amusante ! C'est ce que je vais vous raconter !

En fait, le mercredi, le groupe Veolia (et c’est la seule entreprise présente au salon à le faire) organise au rez-de-chaussée du hall 4 -celui où se tenait (à l’étage) le congrès de l’association de Maires de France (AMF)- un immense banquet où le fleuron de nos entreprises de distribution d’eau invite quelques 1 200 maires et autres élus ! Provocateurs comme nous le sommes, nous avions décidé de distribuer à l'entrée de ce hall un tract rappelant que la loi interdisait les coupures d’eau ! Les caméras de France 2 étaient là pour filmer ce beau moment de « petite corruption quotidienne ». Sur toute la longueur du Hall, un peu à l’abri des regards, quantité de « commerciaux » et d’hôtesses de l’entreprise accueillaient nos édiles, contrôlaient les invitations et souhaitaient bon appétit à leurs invités.

Il était intéressant de voir les réactions de nos élus devant cette « irruption citoyenne » ! Les plus agressifs m’ont apostrophé avec une remarque du type : « Mais comment va-t-on pouvoir se faire payer si on ne peut plus couper l’eau à ces mauvais payeurs ? » J’espère que les habitants de la commune, dont ce joyeux convive est le maire, n’ont pas le mauvais goût d’être pauvres ! Malheureusement, le débat ne s’engageait pas, il lui fallait vite rejoindre sa place à la table de notre amie « Veolia Eau ». D’autant plus qu’Antoine Frérot, président-directeur général de Veolia Environnement, leur faisait l’honneur de sa présence. Si j’en crois Wikipedia, cet homme a perçu en 2012, dans le cadre de ses fonctions chez Veolia Environnement, une rémunération globale de 1 580 610 € en augmentation de 28,4 % par rapport à l’année précédente (2011). Me voilà rassuré, voilà un homme qui est sûr d’avoir les moyens de payer sa facture d’eau !

Alors, me questionnerez-vous, avez vous vu dans les convives un élu de ce territoire ? Il faut reconnaître que, distribuant des tracts, je n’ai pas obligatoirement été suffisamment attentif pour repérer tous les convives. Mais, au moment où nous partions, j’ai salué d’un signe de main Yves Albarello, Député Maire UMP de Claye-Souilly, qui était manifestement en retard pour l’apéro ! Maintenant, je suis rassuré, Veolia a au moins un allié dans ce territoire !

Une question à deux sous : l’arrière-cuisine du Salon des Maires est-elle financée par votre facture d’eau ou par une diminution des dividendes versés aux actionnaires ? Vous aussi, vous pensez que ma question est idiote ?


Les liens :