Ils vous invitent à les suivre, mais où vont-ils ?

Comme vous j’ai découvert, à la télévision, le clip officiel du nouveau parti politique « La République En Marche » dans le cadre des élections législatives 2017. Il m’a semblé intéressant de vous proposer de le revoir ensemble et d’en faire une analyse minutieuse et attentive. En effet, elle m’a semblé de nature à nous éclairer quant à la compréhension de l’aspect marketing » du « produit » Emmanuel Macron. Vous trouverez en bas de page, un lien pour écouter à votre convenance cette compilation de lieux communs et de banalités sans AUCUN contenu de fond. Cela dit, je vous ai mâché le travail...

Dès le début de la vidéo, des voix, des candidats nous le présumerons, nous expliquent que :

  • Ils (elles) sont nés-es à « Rodez, Paris... Les Abîmes, etc. » De cela, nous n’en avons rien à faire !
  • Ils (elles) sont « français depuis toujours ou simplement depuis quelques années ». Oui, et alors ?
  • Ils (elles) ont « 24, 30, 40 ans... », mais quelle importance ?
  • Ils (elles) sont « agricultrices, peintres, salariées, étudiants, etc. ». Informations factuelles présentant peu d’intérêt et même inutiles pour éclairer notre choix !
  • Ils (elles) s’engagent pour la première fois, ou bien ils ont déjà été élus. Rappelons que l’étiquette « nouveau » que l’on a collée sur les candidats de ce parti n’est que partiellement vraie. La réalité est sensiblement différente. En effet, le journal « Les Échos » nous précise : « les “initiés” de la politique sont finalement au nombre de 294, soit environ 60 % du total des personnalités investies pour LREM. Un niveau qui fait que les candidats de la “société civile” ne représentent en réalité que 40 % des personnes ».
  • Ils (elles) « se sont mis en marche, car nous ne nous sentions pas représentés par des professionnels de la politique », etc. Cela, c’est le discours de presque la totalité des candidats dans ces élections, c’est la dimension « dégagisme » de ce scrutin.
  • Ils (elles) « se sont mis en marche, car il était temps de renouveler notre vie politique ». Très naturellement ils (elles) « ont fait un pas de plus et de nous engager » et de « vous représenter »... Les 7 800 candidats du premier tour ont fait le même choix !
  • « Pourquoi nous ? Parce que nous sommes vous ! » Cela, c’est plutôt faux si j’en crois un article du journal Le Monde du 6 juin : « Les candidats macroniens sont pourtant loin d’être un reflet fidèle de la société française ».
  • « Notre décision est le fruit d’un engagement politique et moral... ou simplement d’une envie d’arrêter de râler ». Belle banalité, il faut bien admettre que les 7 800 autres candidats du 1er tour étaient dans cet état d’esprit.

Nous sommes alors à la moitié de la vidéo et à part ces généralités (agrémentées de quelques contre-vérités) nous n’avons toujours pas entendu parler de projet politique.

Pour la seconde moitié de ce clip, permettez-moi de faire du mot à mot, il est tellement vide de contenu que cela ne prendra pas beaucoup de temps.

  • « Nous croyons dans le progrès, nous croyons dans l’Europe, nous croyons que demain sera meilleur qu’hier ». Moi aussi et alors ?
  • « Nous croyons dans la liberté, l’égalité, la fraternité. ». C’est quand même un socle minimum pour être candidat à une représentation nationale ? Non ?
  • « Nous sommes les nouveaux visages de la République. Nous voulons être dans la majorité du Président de la République pour agir. » « Nous sommes plus de 500, mais nous sommes des millions. Nous sommes la République en Marche, nous sommes avec Emmanuel Macron. Maintenant tout est entre vos mains, à vous de jouer ». Enfin quelques mots de politique !


Fin du clip !

Vous voilà donc parfaitement informés du « programme politique » de la personne du parti « En Marche » qui sollicite votre suffrage ! Rien d’autre ne peut vous être dit de son projet, de ses convictions. Rien parce qu’il n’y a rien à dire. Les députés que vous allez élire le seront « pour soutenir la politique de Macron ». Un point c’est tout. Ils ne seront que les « godillots » de la future Assemblée. Inutile d’avoir des gens qui pensent pour approuver et donner une légitimité aux décisions du chef. Ils sont là pour « être la majorité du Président de la République et pour voter ses lois. »

Les députés « En Marche » devraient bientôt pouvoir se coller sur le front une étiquette « Élu produit de l’année par quelques citoyens » (bien évidemment parce qu’avec 51,29 % d’abstention au premier tour on ne peut dire autre chose) !

Pour en finir, avez-vous noté que l’on commence à trouver, sur la toile et dans la presse, de premières informations sur l’amateurisme de certains candidats et de premières affaires qui les touchent ?

Dans la série amateurisme vous pouvez voir cette vidéo sur Fabienne Colboc et cette autre sur Marie Sara.

Dans la série « affaires » quelques premiers cas :

  • Corinne Vignon par ailleurs astrologue.
  • Alain Brevet aux prises avec la justice dans une affaire d’agressions sexuelles.
  • Véronique Avril accusée d’avoir loué un logement insalubre de Saint-Denis à « un tarif exorbitant ».
  • Houmria Berrada condamnée en 2011 à 8 mois de prison avec sursis pour falsification de diplôme.
  • Bruno Bonnel qui semble avoir goûté aux paradis fiscaux au Delaware en particulier.
  • Romain Grau qui fait l’objet d’une enquête préliminaire pour harcèlement moral en tant que directeur général de l’entreprise EAS Services.
  • Émilie Guerel, visée par une plainte « escroquerie à l’assurance maladie ».
  • Etc.


Le lien :

  • Voir le clip officiel de « La République En Marche » pour les élections législatives 2017.

Commentaires

1. Le mercredi 28 juin 2017, 21:20 par Debra

Bon, j'ai lu.
Un peu d'analyse de votre analyse s'impose, tout de même...

D'abord, je ne suis pas une amie de la République, et certainement pas une amie du progrès, à l'heure qu'il est. C'est comme ça, je ne vais pas m'en excuser. Cela ne m'empêche pas de ne pas aimer qu'on l'attaque pour ce que j'estime être de mauvaises raisons.

Le cynisme du peuple français est écrasant.

Dans le contexte de la modernité, avec les progrès... du temps "réel", on peut se demander si un système politique basé sur la représentation est viable.
Qui dit démocratie ne dit pas forcément république...

Si vous croyez que la démocratie directe sera... un progrès, je suis intimement persuadée du contraire.

On peut dire que la tendance à faire de la politique un spectacle de foire/cirque n'est pas nouvelle. Cette tendance est déjà le résultat, encore une fois, d'un grand cynisme ambiant, qui touche le peuple ET ses élites.

Rien de bon vient du cynisme. Beaucoup de mauvais, par contre.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.durandandco.org/index.php?trackback/728

Fil des commentaires de ce billet