« Tempus Fugit » pour les trente ans du Cirque Plume

Jeudi soir 25 septembre, je suis allé voir la deuxième représentation (la première était la veille, mais vous avez le temps tout se terminera le 28 décembre) du dernier spectacle « Tempus Fugit », que le Cirque Plume présente à l’espace cirque de la Villette. Cela fait plusieurs années que nous suivons les créations de cette compagnie mythique qui a maintenant 30 années d’existence !

Le chapiteau du Cirque Plume au parc de la Villette.

En effet le Cirque Plume a été créé en 1984, par un groupe de musiciens, bonimenteurs et jongleurs de Franche-Comté. Très rapidement ils sortent de l'amateurisme et s'adjoignent des artistes professionnels. Dans la foulée, subventionnée par le conseil régional de Franche-Comté, la compagnie s'achète son premier vrai chapiteau. En 1986, le Cirque Plume participe au festival OFF d'Avignon et avec « Spectacle de Cirque et de Merveilles », commence sa première tournée nationale et internationale. En 1989, ils se voient couronnés par le Grand Prix national du cirque et celui du Cirque de référence du ministère de la Culture.

C'est sur ce socle en constante consolidation que vont s’enchaîner les spectacles :

  • 1988 : Spectacle de Cirque et de Merveilles
  • 1991 : No Animo Mas Anima
  • 1993 : Toiles
  • 1996 : L'harmonie est elle municipale ?
  • 1999 : Mélanges opéra plume
  • 2002 : Récréation
  • 2004 : Plic Ploc
  • 2009 : L'Atelier du Peintre
  • 2013 : Tempus fugit, une ballade sur le chemin perdu.


Si j'en crois ce qui se dit (et cela ce constate sur scène) le Cirque plume est un groupe de personnes soudées, un mélange d'artistes complices (circassiens, clowns, musiciens) réunis autour de convictions. La troupe est à géométrie variable, mais centrée autour d'un noyau dur, celui de la direction, inchangée depuis sa création, mais pour autant ce groupe pratique l'autogestion.

Pour ce qui est de la mie en scène, bien que ses spectacles se déroulent sous un chapiteau, Plume va rapidement abandonner la piste circulaire centrale pour un dispositif frontal (comme au théâtre) pour pouvoir par exemple utiliser les ombres chinoises, et ils ne s'en privent pas. Ce n'est pas la seule référence au théâtre, car les spectacles du cirque Plume que j'ai vus ne sont jamais une juxtaposition de numéros, mais racontent tous une histoire, créent une ambiance cohérente, magique, irréelle du début à la fin de la représentation.

C'est exactement ce genre d'ambiance foutraque (avec des moments de pure folie), mais aussi tendre et poétique qui va se dérouler sous nos yeux dans ce « Tempus Fugit ». Que signifie ce titre ? : Le temps fuit. Si j’en crois le programme, cette indication latine est très courante sur les cadrans solaires et à l’entrée de certains cimetières. Il est à noter que ce spectacle a un sous-titre : « Une ballade sur le chemin perdu. »

Permettez-moi une liste non exhaustive des moments magiques auxquels nous avons assisté jeudi soir :

  • Les plaques du sol du plateau se soulèvent et sont prises de hoquet comme dans un tremblement de terre, laissant échapper des fumerolles qui sortent du tréfonds.
  • Une tempête de vent se déclenche sur scène et tout s'envole (artistes et objets présents).
  • Un clown d'une stupidité crasse se met à jongler avec son chapeau d'une manière brillante et à la fin du spectacle évolue sur une immense boule qui menace à tout moment de descendre dans le public.
  • Un musicien violoniste s'élève dans les airs avec une partition facétieuse et hiératique qui quitte son support et échappe constamment au contrôle de ce musicien.
  • Une acrobate sur mât chinois, particulièrement musclée, qui évolue avec beaucoup de lenteur, de légèreté et d'élégance en rupture totale avec sa musculature et l'attraction terrestre.
  • Les musiciens (une musique spécifique est écrite pour chaque spectacle) sont présents sur scène pour chaque numéro. À noter que les clown et acrobate sont aussi chanteurs et musiciens et placent les gens dans la salle !
  • J'ai particulièrement aimé un clown qui se met à jongler avec le rond que projette un faisceau lumineux sur une toile !
  • Etc.


Tout dans ce spectacle est poésie.
Au final le public est debout et applaudit à tout rompre. Un succès.
Courez voir ce spectacle !


Liens :

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.durandandco.org/index.php?trackback/660

Fil des commentaires de ce billet