L’Irlande et le « Sinn Féin »

Je profite de ce court séjour en république d’Irlande (Dublin, Galway et le Connemara) pour vous parler politique, alors que des touristes normaux vous auraient conté paysage. Si, dans les 6 ou 7 premiers siècles de notre ère, l’Irlande semble être un pays tranquille et pacifique, plutôt en avant-garde sur un certain nombre de points, son avenir va rapidement basculer dans l’enfer. Les différentes occupations, et en particulier celle des Anglais, vont pour le moins bouleverser le paysage politique et démocratique de ce pays. Le Sinn Féin est-il l’arme secrète des Irlandais, qui leur a permis et permettra encore un retour à une vie normale ?

La librairie du Sinn Féin à Dublin...

Si j’en crois l’auteur de la série de romans policiers Peter Tremayne (voir mon article ICI), à l’origine historien, l’arrivée de la religion catholique s’est, semble-t-il, faite sans trop « écraser » la culture celte. En termes de gouvernance, une organisation juridique ancienne et établie et plutôt respectueuse est en place. Un système assez égalitaire pouvait permettre aux femmes d’accéder à des places importantes. La culture était essentielle et les bibliothèques renommées. Le durcissement de la religion en provenance des catholiques intégristes de Rome grignotera ce bel équilibre et entamera sérieusement cette situation privilégiée.

Quelques siècles plus tard, la situation va encore se dégrader, l’île étant régulièrement envahie et occupée par diverses hordes « sauvages ». D’abord par les Vikings (on est dans les années 1000), puis par les Anglo-Normands vers 1100. Vers 1250, ces derniers occupent l’intégralité de ce territoire, malgré différents revers. Entre 1550 et 1600, cette occupation se durcit et se stabilise, le royaume d’Angleterre mettant en place à partir de 1600 une politique massive et énergique d’implantation de colons protestants (en priorité dans l’Ulster) qui s’installent sur les terres des fermiers irlandais catholiques chassés. Vers 1650, l’ignoble Cromwell installe un système répressif sans précédent : les Irlandais sont assignés à résidence dans les territoires pauvres de l’Ouest (dont le Connemara), le mot d’ordre étant : « En Connaught ou en enfer ». Les églises sont détruites, les catholiques ne pourront plus ni être électeurs ni éligibles, l’enseignement du Gaélique est interdit, les prêtres devront prêter serment et demander l’autorisation de dire la messe, etc. Dès lors naquit une Irlande secrète et clandestine, plutôt catholique : 90 % de la population gouvernée par un appareil politique 100 % protestant. Les éléments d’un nationalisme irlandais exacerbé sont en place.

Enfin, point d’orgue de cette descente en enfer, comment ne pas évoquer l’effroyable famine des années 1846-1850 provoquée par le mildiou de la pomme de terre (aliment de base en Irlande). Alors que la population irlandaise était de 8,5 millions d'habitants en 1845, elle tombe à 6 millions en 1850 (1 million de morts et 1 million quittent le pays). Au total on estime à 4 millions le nombre d’Irlandais qui vont, ainsi, s’embarquer pour le « Nouveau Monde » ! Pour autant , le pays continue à être pillé par l’Angleterre. Pour 1 bateau qui arrive chargé de nourriture pour les plus pauvres, six quittent l’île avec à son bord blé et bétail en direction du pays occupant.

La fin du XIXe siècle est marquée par la montée des revendications nationales et un mouvement autonomiste (le Sinn Fein) réclame le « home rule » tandis que les « orangistes » fidèles à la couronne britannique s'y opposent. Je passe sur le détail des luttes, mais aux élections générales de 1918, 73 des 105 députés irlandais envoyés à Westminster étaient membres du parti indépendantiste « Sinn Féin ». Tout ceci se termine (presque !) en 1921 par la partition de l’île : au sud une république irlandaise libre et au nord (l’Ulster) un territoire partie intégrante du royaume d’Angleterre. La république du Sud quitte en 1949 le Commonwealth et adhère à la communauté européenne en 1973.

Le Sinn Féin, parti politique nationaliste et/ou républicain (« Nous-mêmes » en français), est fondé en 1905. Il devient rapidement la principale force politique de la guerre d'indépendance irlandaise, branche civile de la première « Irish Republican Army » même s’il décline pendant la Guerre civile. En 1970, il se divise entre le « Provisonal Sinn Féin » et le « Official Sinn Féin ».
Le Sinn Féin que nous connaissons aujourd’hui est issu du « Provisonal Sinn Féin ». Il garde l’appellation « Sinn Féin » et reste la branche politique de la « Provisional Irish Republican Army ». À ce titre, il participe au conflit nord-irlandais et à l'accord du Vendredi saint qui y met fin.
Par contre la branche « Official Sinn Féin » se rebaptise en « Workers' Party of Ireland » en 1982. Opposé à toute action électorale, il serait peut-être la branche politique de la « Continuity Irish Republican Army ».

Le Sinn Féin ne cesse de progresser dans les élections que ce soit dans la république du Sud on en Irlande du Nord. À la gauche de la gauche, il est proche de ce qu’est le Front-de-Gauche en France.

  • Pour exemple à la nouvelle assemblée d'Irlande du Nord il obtient en 1998 18 députés sur 108 à l’issue de l’accord du Vendredi-Saint. En 2007, Martin McGuinness devient vice-premier ministre de l'Irlande du Nord.
  • Dans la République d'Irlande, son influence est plus limitée. Il détient pourtant un certain nombre de mandats locaux, notamment au nord-ouest du pays où il contrôle la ville de Sligo. Aux élections législatives de 2011, qui marquera l’effondrement du centre gauche (Fianna Fàil) et verra le retour de la droite aux affaires, Le Sinn Féin avec 10 % des suffrages obtient 14 députés. Aux Européennes 2014, le Sinn Fein atteint les 17 % des suffrages et obtient 3 des 11 sièges de députés à pourvoir. Ces députés du Sinn Féin vont rejoindre ceux du Front de Gauche, de Die Linke ou de SYRIZA au sein de la « Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique » au parlement européen.


Une belle organisation ce Sinn Féin, pour un vraiment beau pays !


Les liens :

Commentaires

1. Le dimanche 15 juin 2014, 12:11 par René Durand

Privé d'internet depuis quelques jours (merci Orange !), je viens de découvrir sur le site d'Ensemble cet article sur les bons résultats électoraux du Sinn-Féin en Irlande...
https://www.ensemble-fdg.org/content/irlande-croissance-de-la-gauche

À lire donc...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.durandandco.org/index.php?trackback/710

Fil des commentaires de ce billet