Politique et critique du libéralisme

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 20 février 2020

Bienvenue dans le monde merveilleux de la finance : BlackRock.

Ces derniers temps, j’ai découvert (vous aussi peut-être ?) l’existence d’une entreprise multinationale majeure que je ne connaissais pas. Le quotidien Le Monde utilise la formule : « En quelques semaines, BlackRock est passé de l’ombre à la lumière crue, celle des accusations et de la polémique ». Aujourd’hui les « gens d’en bas » entraperçoivent ses immenses pouvoirs et, en conséquence, ses capacités de nuisance. Le 10 février, des militants ont pénétré dans les bureaux parisiens de cette société et ont sali les murs en y inscrivant quelques vérités que ces derniers ont manifestement eu du mal à entendre. Intéressons-nous donc à BlackRock.

20200217_blackrock.jpg, fév. 2020

 

Lire la suite...

vendredi 24 janvier 2020

Il semble bien qu’une des devises de notre République soit l’égalité !

Nous l’avons tous appris à l’école, la devise de la République française c’est « Liberté, égalité, fraternité ». Aujourd’hui j’ai envie de me pencher sur l’égalité et son contraire « l’inégalité ». L’actualité m’y invite que ce soit à travers la question des retraites, des profits de nos entreprises, de la pauvreté en France, etc. Les experts l’affirment, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Lire la suite...

dimanche 16 juin 2019

Les élections européennes 2019.

Je crois avoir assisté, avec ces élections européennes 2019, à la plus curieuse des manipulations médiatiques dont nous ayons été témoins. Il me semble que le système jupitérien maîtrise totalement sa communication, le Président s’étant même permis de les détourner de leurs objectifs. Au final, et à la surprise générale, la participation augmente, les verts sortent grandis de ce scrutin (et c’est bien), mon camp (la gauche de la gauche) n’a pas progressé d’un poil, voire régressé suivant la consultation de comparaison. Et cela, je n’aime pas du tout !

Lire la suite...

mardi 11 décembre 2018

Huguette Tiégna, satisfaite de la politique d’austérité conduite dans le projet de budget 2019 de l’État.

J’aime lire les tweets de ma députée dans son exercice quotidien pour rester le meilleur soutien de son Président, sans l’aura duquel elle ne serait pas élue de la République. Dans un gazouillis du 24 septembre 2018 à 7 h 59, elle explique : « #Budget2019 : Nous serons sous les 3 % de déficit pour la troisième année consécutive (2017, 2018, 2019), ce qui n’était plus arrivé depuis l’an 2000. C’est un engagement fort et exigeant qui est tenu. » Tu parles, Charles ! Juste une autre façon de dire : Parce que Macron le veut, nous allons poursuivre cette politique d’austérité qui ne marche pas, et vous allez voir, la pilule va être encore plus dure à avaler.

Lire la suite...

dimanche 2 septembre 2018

L’affaire de la vente d’Alstom à General Electric, de la réalité à la fiction.

Conseillé par Télérama, j’ai acheté cet été le dernier polar de Dominique Manotti « Racket » qui évoque l’affaire de la vente fin 2014 de la filière énergie d’Alstom (70 % de ses activités à l’époque) à l’américain General Electric. Certes, il s’agit bien là d’une version romancée de la réalité, quoique ? Parallèlement, LCP (la chaîne de télévision parlementaire) rediffusait le 15/08/2018 son émission « Droit de suite » traitant de ce sujet (diffusée la première fois le 11/10/2017) y compris le documentaire « Guerre fantôme ». Cet achat de la branche énergie d’Alstom par la firme américaine est effectivement un scandale d’État où l’un des protagonistes n’est autre que notre jupitérien président : Emmanuel Macron. Même s’il n’était pas encore, ni de droite ni de gauche, l’individu a donc participé au dépeçage d’un des fleurons de notre industrie sur l’autel de la mondialisation néo-libérale.


Lire la suite...

jeudi 2 août 2018

À propos du tweet d’une députée qui se comparait à Jeanne d’Arc !

Huguette Tiégna est la députée « La République en marche » de la 2e circonscription du LOT dans laquelle je réside. Si elle a été élue, je n’y suis pour rien. Ce 18 juin dernier, date symbolique s’il en fût, elle avait décidé d’organiser à Souillac une réunion publique pour faire un bilan de sa première année de mandat. Le 26 juillet, presque un mois plus tard, elle va écrire sur son compte Twitter le texte suivant : « #1andeputeeduLot Malgré les propos misogynes, racistes, les fake News, les messages de coulisses et les menaces, je ne lâcherai rien et je continuerai avec autant de dynamisme à travailler pour l’avenir du Lot. Finir au bûcher telle Jeanne d’Arc ou pas je continue ! @LaREM_AN ». Ainsi, aussi surprenant que cela puisse être, en pleine tourmente « Bénallesque », Huguette Tiégna nous la joue « victimisation » ! Confondant n’est-il pas ?


Lire la suite...

vendredi 27 juillet 2018

Orange, robot, qualité de service et privatisation.

En cette soirée du 4 juillet, comme prévu par Météo France, qui d’ailleurs avait classé le LOT en vigilance « orange », un violent orage s’est abattu sur le territoire communal. Rafales de vent, grêle et autres variantes de la « colère des cieux » se sont exprimées pendant de longues minutes. Seule conséquence malheureuse de cet événement, la chute d’une grosse branche du frêne d’un voisin qui emporte au passage les fils du téléphone de deux maisons, dont la notre. Concomitamment, coupure du courant et arrêt du relais GSM du secteur, qui d’habitude nous donne un signal 4G de bonne qualité. Mon « smartphone » se connecte alors à une antenne plus éloignée, avec une liaison médiocre, voire inexistante.

Lire la suite...

lundi 12 février 2018

Besnier : quand un oligarque boit du petit lait !


Comme les lecteurs attentifs de ce blog ont pu le noter, j’ai décidé de faire une série de portraits de ces oligarques qui nous gouvernent. Après Bill Gates (Microsoft), Mulliez (Auchan), Frérot (Veolia), Dassault et enfin Tapie, je vous propose de nous intéresser à un de ces « premiers de cordée » actuellement sur le devant de la scène. Je vais vous présenter Emmanuel Besnier, le milliardaire qui se cache derrière Lactalis. Un autre de ces capitaines d’industrie, sans foi ni loi, sans morale, qui ne respecte rien, mais que notre président aime et choie. Plus j’y pense, plus je trouve malsaine ma fixation névrotique sur ce type d’individu et mon envie de les stigmatiser.

Lire la suite...

jeudi 25 janvier 2018

Nanard, un autre exemplaire des « premiers de cordée »...

Il s’appelle Bernard Tapie, affublé souvent du sobriquet de « Nanard ». Il est atteint d’un cancer de l’estomac, pour lequel il vient d’être opéré ce 10 janvier à l’hôpital Saint-Louis de Paris. C’était une « intervention chirurgicale lourde ». Il avait avoué à Laurent Delahousse lors d’une interview « en marchand », que d’après son médecin, ses ennuis de santé étaient liés au fait qu’il « se faisait du mauvais sang », qu’il « se faisait de la bile ». Mais ce premier de cordée, ce gagneur, cet homme « d’affaires » avait-il raison d’être inquiet, au point de s’en rendre malade ? Allait-il cesser de passer entre les gouttes ? Retour sur ce « guide » et ses aventures.

Lire la suite...

mardi 28 novembre 2017

Serge Dassault : un « premier de cordée » avec des affaires aux fesses en mode « Rafale »...

Je ne sais pas pourquoi, mais on dirait que la poisse ait décidé de ne pas épargner ces « riches premiers de cordée »... Mais dans quel monde vit-on ? Le Dieu des oligarques ne serait-il plus capable de les protéger, de leur éviter de tomber dans tous les travers ? Macron a beau « ramer », les valoriser, lustrer les pompes et faire briller les décorations, rien ne semble y faire. Cela dit, on s’en moque, puisque pendant les « affaires » les profits continuent et que le peuple laisse faire. Aujourd’hui je vais mettre sous le feu de mon projecteur : Serge Dassault, patron d’un des fleurons de notre industrie française, mais aussi d’un groupe de presse. Un magnifique exemple donc !


Lire la suite...

dimanche 5 novembre 2017

Le glyphosate : tu veux ou tu veux pas ?

Les dernières valses-hésitations de la France et de l’Europe sur la question de l’autorisation de commercialiser (et donc d’utiliser) du glyphosate sont inquiétantes. Sur cette question, comme sur tant d’autres, une fois de plus sont en cause : les masses d’argent générées par la vente de ces produits, les lobbies à la manœuvre tant en France qu’en Europe, mais aussi les pratiques agricoles soutenues par l’agro-industrie en général et la FNSEA en particulier. Dans ce méli-mélo la « macronie » s’en sort en « peignant en vert » une décision improbable.


Lire la suite...

samedi 12 août 2017

L’activité des députés LREM en général et de Huguette Tiégna en particulier...

Cela commence à se dire : les députés « La République En Marche », qui devaient « bouleverser l’ordre des choses » et « libérer les énergies », se sont retrouvés dans une logique jupitérienne et rapidement transformés en « godillots ». En gros, ils s’ennuieraient et se seraient mis à déserter l’hémicycle. La presse s’en fait l’écho. Je me suis penché sur le sujet et vous en propose un éclairage, avec un zoom particulier sur ma nouvelle représentante au Palais Bourbon : Huguette Tiégna.


Lire la suite...

jeudi 13 juillet 2017

Une sombre histoire de pognon ?

Le sujet est venu de nombreuses fois sur la place publique (en particulier lors d’une émission du « Téléphone sonne ») entre les deux tours des législatives. En écrivant ces lignes, je me dis qu’il faut certainement voir, dans le dispositif de financement des partis politiques, l’une des causes (et pas la seule) de l’échec des discussions, de l’absence d’accord entre le PCF, EELV et la France-Insoumise. J’ai le sentiment que l’argent (et donc la survie de ces organisations) est à prendre en compte pour apprécier ce qui s’est passé. L’objectif de ce blog étant entre autres de donner des éléments de réflexion, j’ai souhaité aborder cette question.

Lire la suite...

vendredi 16 juin 2017

Ils vous invitent à les suivre, mais où vont-ils ?

Comme vous j’ai découvert, à la télévision, le clip officiel du nouveau parti politique « La République En Marche » dans le cadre des élections législatives 2017. Il m’a semblé intéressant de vous proposer de le revoir ensemble et d’en faire une analyse minutieuse et attentive. En effet, elle m’a semblé de nature à nous éclairer quant à la compréhension de l’aspect marketing » du « produit » Emmanuel Macron. Vous trouverez en bas de page, un lien pour écouter à votre convenance cette compilation de lieux communs et de banalités sans AUCUN contenu de fond. Cela dit, je vous ai mâché le travail...

Lire la suite...

jeudi 8 juin 2017

Avec Macron : « du sang et des larmes ! »

Macron est donc notre Président. Faute d’être celui de notre choix, mal élu (comme je le racontais dans un précédent article), il est celui de la France. Quelques jours après ce scrutin, nous voilà prévenus du démantèlement annoncé de ce qu’il reste encore de protection sociale dans ce pays, après les coups de boutoir des Sarkozy et autre Hollande. C’est bien « du sang et des larmes » qui sont au menu des Français. La question d’un possible « troisième tour » avec les législatives de ce week-end est d’actualité. Arriverons-nous à imposer une cohabitation à ce président ?


Lire la suite...

samedi 13 mai 2017

Emmanuel Macron, un président bien mal élu !

C’est plié et a priori — sauf événements catastrophiques pour lui — la suite aura donc lieu dans cinq ans, en 2022 ! À l’issue de cette campagne de « ouf », au cours de laquelle tout s’est cassé la figure, Emmanuel Macron a finalement été élu dans un climat où la crainte d’une victoire du FN a tenu compte de programme politique. Avec un résultat à 66,1 %, une abstention record, un vote blanc important, ce nouveau président du système néolibéral va pouvoir faire les mêmes politiques que ses prédécesseurs. La Bourse est contente (cela dit, elle n’a jamais vraiment été inquiète), l’Europe est satisfaite, tout peut continuer comme avant. Théoriquement il faudrait — mais rassurez-vous il ne le fera pas — que ce nouveau président prenne en compte le résultat de ce scrutin.


Lire la suite...

dimanche 30 avril 2017

Dois-je être coupable de faire barrage au Fhaine, sans pour autant voter — comme en 2002 — à droite ?

Je me sens contraint. Les discours sont comminatoires et la pression forte. Il me faut — par avance — m’expliquer (me justifier ?), de ce que sera mon choix le 7 mai prochain. Aux élections présidentielles de 2002, nous étions dans une situation analogue (pas vraiment identique) au second tour : le candidat du parti fasciste se retrouvait face à celui de la droite libérale. Comme un bon petit soldat, convaincu de la justesse du concept de « front républicain », je participais ainsi à l’élection de Jacques Chirac qui l’emporta avec 82,21 % des suffrages ! Il n’a d’ailleurs tenu aucun compte de cette situation extraordinaire et de ce scrutin digne d’un régime soviétique. Je m’étais juré de ne plus recommencer !


Lire la suite...

vendredi 10 mars 2017

Dis, c’est quoi ce travail ?

L’association « Tant bourg battant », nom derrière lequel se cache le foyer rural de la commune de « Le Bourg », avait organisé en ce premier week-end de mars un séminaire de trois jours (vendredi, samedi et dimanche) intitulé « Le travail n’est pas une marchandise : travail, rémunération, chômage et retraite en économie à valeurs humaines. » Au lendemain des luttes contre la loi El Khomri, je ne pouvais ignorer cette opportunité. Par contre, je n’ai pas pu, pour des raisons personnelles, assister à l’intégralité de ce séminaire proposé par Michel Laloux : deux jours sur trois seulement. Ainsi donc, ce qui suit ne saurait en aucun cas résumer le discours de l’intervenant.

Lire la suite...

dimanche 5 février 2017

Macron, le candidat du néolibéralisme, et l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Emmanuel Macron fonde son mouvement politique « En marche ! » en avril 2016, démissionne de son poste de ministre en août et annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2017 en novembre. Malgré les appels du PS, il refuse de participer à la primaire du PS et dit ne pas vouloir « s’enfermer dans des querelles de clans ». Il se prétend libre, n’être ni de droite ni de gauche, mais en rupture avec le système. Je vais essayer de montrer, en illustrant mon propos avec l’affaire de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, qu’il n’en est rien : Ce Macron est bien un pion de l’oligarchie qui nous gouverne.


Lire la suite...

vendredi 25 novembre 2016

Néolibéralisme, populisme, fascisme et émancipation sociale...

Il y a déjà un bout de temps que cela me turlupine, mais hier, l’élection de Donald Trump aux USA et l’angoisse de voir le parti fasciste de Le Pen prendre le pouvoir en France en 2017 me déterminent. J’avais aussi envie de faire écho à l’article que Marie (la « douce » de mon neveu Simon) a mis en ligne sur leur blog, au lendemain de la terrible élection dans la belle ville de Chicago où elle demeure.

Lire la suite...

- page 1 de 3