vendredi 13 septembre 2013

L’eau et le climat...

Lors du dernier conseil d'administration de la Coordination eau Île-de-France, Daniel Hofnung, nous a expliqué la réflexion qu’il a conduite sur le travail réalisé par un groupe d’hydrologues et de chercheurs slovaques et tchèques et présenté à la réunion du Mouvement Européen de l’Eau, lors de « Florence 10+10 » en novembre 2012.

L'ouvrage : Water for the recovery of the climate, a new water paradigm

Lire la suite...

dimanche 24 mars 2013

Le PCF, l'UMP et les affaires de l'eau

Un récent article du journal satirique « Le Canard enchaîné » (en date du 20 mars) intitulé « La justice plonge dans les eaux usées où barbotent ensemble PC et UMP » nous rappelle l'historique des relations entre ces deux organisations dans le domaine de l'eau. Effectivement, depuis un demi-siècle, une sorte de « Yalta » a pour conséquence que ces partis se partagent en Île-de-France les grands syndicats intercommunaux.

Eau...

En fait il faut remonter à la Libération, à une période où le PCF a un poids réel dans la vie politique française. Dans ces années, de grands secteurs sont nationalisés reprenant ainsi les propos du Conseil National de la Résistance : « retour à la nation de tous les grands moyens de production monopolisés, fruits du travail commun, des sources d'énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d'assurances et des grandes banques ». S'en suivront d'importantes nationalisations et de grandes entreprises nationales : GDF, EDF, SNCF, RATP, Charbonnages de France, Régie Renault, Air France, Banque de France, etc. Comme par miracle le secteur de l'eau échappe à cette logique vertueuse.

Lire la suite...

mercredi 23 janvier 2013

Avancées significatives de l’action contre la pollution de la Marne par l’aéroport CDG

Je vous ai conté, il y a de cela juste un mois, dans un précédent article comment 2 associations « Actions vertes à Roissy et Val Maubuée » et la « Coordination Eau Île-de-France » ainsi que trois particuliers (dont votre serviteur) avaient engagé deux recours pour excès de pouvoir à l'encontre de l'autorité administrative.

Déverglaçage d'avion

Le 27 décembre dernier, Madame la Préfète de Seine-et-Marne a répondu (ICI) à l'avocat de la « Coordination EAU Île-de-France » et nous pouvons l'affirmer des avancées significatives ont été obtenues.

Lire la suite...

vendredi 21 décembre 2012

L'aéroport de Paris-CDG fonctionne l'hiver, on déverglace à tout va, le territoire en paye les conséquences, mais l'on s'en fout !

Dans ce monde en crise, le bon fonctionnement de l'économie serait la solution de nos maux. Il en va ainsi de cette logique libérale où le « laisser faire des affaires sans entraves » serait la seule règle de conduite.

Déverglaçage d'un avion à Genève

Une situation de crise, pour tout le monde ? Pas sûr. En effet, le journal « Les échos » nous informe de la bonne nouvelle : « Selon l'association internationale du transport aérien (IATA) les compagnies (aériennes) devraient dégager en 2012, un bénéfice net de 6,7 milliards de dollars et non 4,1 milliards comme prévu. En 2013, malgré une conjoncture difficile, les profits devraient grimper à 8,4 milliards. »

Vous voyez, cela va déjà mieux !

Avec 60 millions de passagers, l'Aéroport de Paris-Charles de Gaulle est le septième aéroport du monde et le deuxième en Europe.
Bravo disent les uns.

Oui, mais l'activité aéroportuaire a un impact important sur les environs de la plate-forme : les nuisances sonores, la pollution de l'air, la circulation induite (routière ou ferroviaire)...
« L'écologie, ça suffit » nous rappelait l'autre !

Si tout coûte plus cher pour les compagnies, si les prix baissent pour les usagers, si le trafic augmente et les bénéfices aussi, alors la question se pose : qui paye dans la réalité cette bonne santé du transport aérien ? Je vous proposerais bien de passer un moment à réfléchir avec moi à cette proposition d'explication : en fait, un certain nombre de dépenses ne sont pas payées par les compagnies, mais par l'ensemble des Français !

Permettez-moi d’illustrer mon explication par l'exemple qui va suivre.

Lire la suite...

lundi 28 août 2006

Réflexion : " Gestion directe ou déléguée du service de l'eau : Quelles conséquences pour le citoyen ? "

Eau potable

A la question qui nous intéresse aujourd'hui " Gestion directe ou déléguée du service de l'eau : quelles conséquences pour le citoyen ! " la réponse qui vient immédiatement à l'esprit c'est le traditionnel écart dans le prix du mètre-cube, l'eau distribuée en régie étant systématiquement moins chère. Mais doit-on s'arrêter à ce simple constat ?

Lire la suite...

page 2 de 2 -